Premier mandat d’Antonio Souaré: Bilan mitigé ( Bagou BARRY) !

0
269

L’homme d’affaires guinéen Antonio Souaré, élu président de la Fédération Guinéenne de Football le 28 février 2017, est sans doute un amoureux du cuir rond qui a de grosses ambitions pour la discipline.
Son élection à la tête de la Feguifoot avec un score à la soviétique a suscité beaucoup d’espoir chez les amoureux du ballon. Elle a aussi mis fin à une crise qui a longtemps secoué le football Guinéen et qui a d’ailleurs conduit les instances dirigeantes du football africain à mettre en place un comité de normalisation…

Une élection de toutes les attentes !

Plus de Trois ans après son élection, à l’orée donc d’une nouvelle échéance électorale prévue en février 2021 , l’heure est au bilan qui n’est pas, des plus reluisants.

Le magna de la loterie a fait certes bouger quelques lignes. Dont entre autres l’organisation de la coupe de l’UFOA, le retour du football féminin sur la scène continentale, la mise en place et l’opérationnalisation de toutes les commissions prévues par les statuts de la FEGUIFOOT. Nier ces faits dénote d’une mauvaise foi.

Par contre, peindre toute sa gestion en rose s’apparente à une démagogie qui fait malheureusement bonne recette dans le pays. Force est de reconnaître , que la volonté ardente du Propriétaire du Horoya de donner au sport roi du pays ses lettres de noblesse se bute, hélas, contre les actions rétrogrades de certains de ses apparatchiks qui n’ont d’ambition que de se servir.

Les Guinéens gardent encore à l’esprit des actes dégradant de l’image du pays, tous, hélas, intervenus sous le magistère de l’homme. On peut citer, la falsification de l’âge de certains joueurs de l’équipe nationale des moins de 17 ans arrivée en finale de la CAN de leur catégorie. C’était en 2019. Ce triste et douloureux épisode a couté à la Guinée, sa participation à la Coupe du Monde U17 et mettant ainsi en péril la carrière des jeunes footballeurs qui étaient pourtant promus à un meilleur avenir .

Puis, la scabreuse affaire de corruption au sein du Syli national . La suite, vous le savez.

C’est sans compter la piètre prestation de l’équipe nationale U20 dont le parcours à été écourté à domicile, à la Coupe de l’UFOA organisée en 2019 à Conakry.
Bref, la qualification de la gestion de l’actuel président de la fédération, qui est d’une grande ambition pour le football Guinéen, mais d’un humanisme incompatible , s’impose comme une nécessité en vue de combler les attentes.

Bagou BARRY
Journaliste

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =