CAN 2025 : « le départ du ministre pour la CAN… c’était de rencontrer la CAF et la FIFA »

0

La Guinée a été désignée par la Confédération africaine de football en 2014 pour abriter la CAN 2025. À cause du retard pris dans l’exécution des travaux, beaucoup restent pessimistes de l’organisation guinéenne et font des propositions de collaboration avec des pays comme le Sénégal. Le conseiller du Ministre des sports et de la jeunesse insiste de la tenue de cette Coupe d’Afrique des nations en 2025, il réaffirme la volonté du gouvernement qui tient à l’événement.

Tiendra, tiendra pas ! C’est une inquiétude nationale qui reste encore.
Pour relancer les travaux dans le cadre de l’organisation de la Coupe d’afrique des nations 2025, le ministre Béa Diallo, simultanément président du COCAN s’est rendu dans certaines villes du pays pour la pose de la première pierre des stades de terrassement. Le conseiller chargé de mission du Ministre des Sports et de la jeunesse explique la volonté du gouvernement Doumbouya a réalisé cet événement continental. Alhassane Touré estime que ce projet est tenable, puisqu’il est la priorité des autorités politiques du pays.

« Le départ du ministre pour la CAN n’était pour accompagner les joueurs, l’objectif principal était de rencontrer les autorités de la CAF et la FIFA pour leur dire que la Guinée était fin prête pour organiser la CAN 2025, d’ailleurs c’était la volonté idoine avant qu’il accepte le poste du ministre des sports et de la jeunesse. Au jour d’aujourd’hui on a fait en sorte que la coupe d’Afrique des nations soit le projet numéro 1 du gouvernement de transition ça devient leur priorité. C’est pourquoi vous avez remarqué qu’on a commencé à posé les premières pierres pour le terrassement et les jours à venir, les entreprises assermentées CAF et FIFA qui ont fait des stades un peu partout ont soumssionné leur projet qui a été lancé donc le déploiement va être fait le plus vite possible pour qu’on puisse commencer le boulot pour la réalisation d’un stade de 50 000 places. Il vous faut aujourd’hui 18 mois donc nous sommes réellement dans le temps. Donc le gouvernement a travers le ministère des sports et COCAN sont motivés aujourd’hui à réaliser ce grand bisous pour la jeunesse africaine de la Guinée », soutient t-il, sur le plateau de la RTG.

À trois années de la date butoir, la Guinée reste dans l’hésitation malgré une volonté politique de dernière minutes. Une co-organisation avec le Sénégal reste la proposition première de plusieurs acteurs du football local.

Nani DIABATÉ